Une meilleure communication

Il est difficile de communiquer avec les autres, de se parler je trouve.

Voici quelques pistes de réflexion (c’est seulement mon avis):

 

1) Cesser de se juger pour moins juger les autres.

« Les quatre accords toltèques » est un livre qui permet d’apprendre une chose: oui, on apprend à se détester en tant qu’humain au point de ne pouvoir se faire confiance.

Du coup, souvent on a peu d’estime de soi et on juge les autres, on se fait des histoires sur ce qu’ils ont pu vouloir dire ou faire.

Nous avons tous notre place à prendre sur cette terre et même si l’injustice existe, en vouloir à tout le monde ne nous rendra pas plus heureux.

Et d’ailleurs, personne ne sait mieux que ce que vous vivez, ressentez que vous-mêmes.

 

2) Stopper l’égo et le besoin d’avoir raison à tout prix.

Il n’existe pas une seule vérité universelle. Nous avons tous notre vérité et vision des choses et il faut le respecter.

Vouloir avoir raison à tout prix est humain mais n’oubliez pas qu’avoir raison ne fera pas forcément de vous quelqu’un de meilleur ou même de plus imposant. Le fait de ne pas savoir n’est pas un crime. Il vaut mieux chercher à apprendre plutôt que de masquer ses lacunes.

En fait dans un débat, l’égo est en jeu, on veut souvent prouver quelque chose à l’autre alors qu' »avoir tort » ne vous tuera pas.

Lire la suite de « Une meilleure communication »

Publicités

Prendre soin de soi partie 2

Je suis confrontée comme beaucoup de monde à la tristesse, à la souffrance, à la fatigue et à la fragilité psychologique.

1) Les angoisses

Je fais partie des personnes qui font des crises d’angoisse. Et plus je lis et regarde des vidéos, plus je me rends compte que nous sommes nombreux à en souffrir.Il n’y a pas de solutions miracles et elles sont en général plutôt personnelles (certains prennent anti-dépresseur et anxiolitiques, d’autres font du yoga, méditation, cohérence cardiaque, d’autres se soignent aux huiles essentielles…). Je suis du genre à essayer toutes les méthodes mais je vous recommande un suivi médical si vous souhaitez prendre des médicaments. Enjoy Phoenix a fait une super vidéo sur le sujet.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’avoir peur c’est normal, que le quotidien n’est pas évident et qu’il n’est pas facile d’avoir confiance en soi. Une phrase à se répéter à tous les jours s’il le faut. Le plus important est de trouver sa méthode pour avancer.

2) Les personnes toxiques.

Psychologies magazine a fait un article qui explique l’augmentation des enfants rois qui sont des personnes incapables de se remettre en question et n’arrivant pas à être empathiques.

Mais il en existe d’autres, les pervers narcissiques, les manipulateurs narcissiques etc….

Le but n’est pas de poser des étiquettes sur les gens, en tant qu’humain, nous sommes tous névrosés et confrontés à nos propres travers.

Mais de faire en sorte d’avoir son entourage des personnes qui nous respectent et qui sachent nous comprendre etc…

Ne vous laissez jamais faire par ce genre de personnes. Soit vous leur parlez soit vous les laissez tomber (si le cadre de vos relations vous le permet).

Nous méritons tous d’être aimés et respectés pour ce que nous sommes.

 

Lire la suite de « Prendre soin de soi partie 2 »

Les émotions et leur impact sur notre vie

Un article écrit sur un fil et qu’en fait, quand j’y réfléchis, le sujet est très important pour moi.

Je suis de quelqu’un très investi de manière générale et en matière d’amitié, particulièrement mais pas seulement.

Je dirai que la manière dont j’envisage les interactions sociales est soit négative soit utopiques.

Je vais vous lister un petit guide(qui me sera aussi très utile) pour que vos émotions ne prennent pas toute la place dans vos relations sociales:

1-Les critiques sont souvent des projections que les autres se font de vous

Si « Les 4 accords toltèques » nous disent entre autres de ne rien prendre personnellement, ce n’est pas pour rien. Je suis quelqu’un de susceptible car je manque de confiance en moi alors qu’en réalité, ce qu’on reproche aux autres, on a parfois tendance à se le reprocher soi-même ou bien c’est quelque chose que nous projetons sur les autres.

Ce que j’ai appris est qu’il vaut mieux prendre des risques, faire des choses bien qu’imparfaites que de s’empêcher de faire des choses par peur du regard des autres.

2-On peut dire « non » en fait

Quand on est quelqu’un de gentil, on a tendance à dire oui pour tout un tas de trucs et il me semble important de savoir pourquoi on le fait. Je pense qu’il est préférable de trouver quelque chose à en retirer personnellement pour éviter toutes sortes de frustrations. Dans le cas contraire, il vaut mieux dire non que de se forcer à faire quelque chose qu’on ne veut pas.

Lire la suite de « Les émotions et leur impact sur notre vie »

Le maquillage, un vaste programme

Certaines personnes peuvent penser que l’on se cache avec le maquillage, oui et non.

D’autres qu’on le fait par obligation sociale, oui et non.

On peut dire en effet qu’en dehors du côté futile, se cache un vrai fond derrière ce sujet.

 

-Se maquiller le matin est en ce moment un véritable instant de détente pour moi. Je regarde aussi pas mal de youtubeuses beauté, cette légèreté me paraît essentielle personnellement pour entretenir un bon moral, particulièrement ces jours-ci.

 

-Le maquillage est un vrai sujet de pressions sociales car presque quoi qu’on fasse, ça ne convient pas. Ne pas se maquiller n’est pas assez féminin (haussement de sourcil), trop se maquiller s’apparente à un clown. Il faut être « naturelle », ce qui ne veut rien dire car on se met quand même quelque chose sur la peau. Bien sûr, s’il est discret et soigné, cela va être joli sans en faire trop.

Cependant, votre équilibre ne va pas être le même selon les personnes.

Bref, on fait ce que l’on veut et l’on s’adapte selon les circonstances.

Lire la suite de « Le maquillage, un vaste programme »

Le bonheur vient de l’intérieur: vrai ou faux?

Voilà une affirmation que l’on trouve dans le développement personnel: le bonheur vient de soi et pas de l’extérieur.

 

C’est une affirmation qui a un côté culpabilisant je trouve.

Il est vrai que nous avons en nous-mêmes des barrières qui nous empêchent d’avancer et qu’il est nécessaire de les franchir pour se rapprocher du bonheur.

 

Et le plus dur je pense est d’attendre d’être capable de les franchir.

Mais bien-sûr c’est également faux car avoir l’entourage, les opportunités qu’il faut pour aller vers ce dont on rêve de faire professionnellement ou personnellement parlant, ce n’est pas évident.

On peut provoquer sa chance mais rien n’est garanti.

 

Pour moi, il faut accepter le fait que les choses ne sont pas forcément comme on a envie qu’elles soient à un instant t mais qu’à force de détermination, il y aura du mieux.

Lire la suite de « Le bonheur vient de l’intérieur: vrai ou faux? »

Lecture commune: La servante écarlate de Margaret Atwood

Résumé:

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred,  » servante écarlate  » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlates’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, diffusée sous le titre original The Handmaid’s Tale, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

J’ai lu la version de chez Pavillons Poche. Elle fait 544 pages.

Lire la suite de « Lecture commune: La servante écarlate de Margaret Atwood »

Comment intégrer la solidarité féminine dans son quotidien?

Je ne sais pas vous mais j’en ai plus qu’assez de me sentir en compétition avec d’autres nanas pour savoir qui va être la plus ceci ou cela. J’ai envie de m’instaurer certaines règles pour qu’il y ait une véritable solidarité féminine car cela me paraît important pour l’avancée des femmes. A plusieurs, on est plus fort!

1) Cesser la comparaison

Ce besoin de se montrer forte sans cesse, de ne montrer que le côté positif des choses, je trouve cela usant. Bien sûr qu’on peut garder ses problèmes pour soi si on le souhaite. Mais il faut quand même oser parler un minimum des difficultés rencontrées. Personne n’a une vie fabuleuse et est « parfaite ». On passe tous par des étapes chiantes dans la vie. Et autre point: chaque être humain est complémentaire, ce n’est pas parce qu’une amie, collègue excelle dans un domaine que vous êtes nulle, peut-être a-t-elle plus de facilités, confiance en elle?

2) Ne pas se baser sur les apparences et juger

Cela paraît impossible dit comme ça. Prendre du recul sur une personne rencontrée et ne pas se faire trop d’idées sur sa vie et personnalité. Ne pas oublier qu’en tant que femme, nous avons quand même beaucoup de similarités en tant que vécu.

 

3) Des soirées, réunions entre filles

Que ce soit pour parler de choses légères, personnelles, il est important, je pense de se réunir de temps à autres pour vraiment s’écouter et essayer de se comprendre. Il est important de soutenir au mieux votre amie en lui montrant ce qu’elle a de bien en elle.

Lire la suite de « Comment intégrer la solidarité féminine dans son quotidien? »

Vivre selon ses principes: possible ou non?

Notre société est en plein mouvement, je ressens de plus en plus l’envie de bien faire les choses que ce soit pour moi, pour la planète, pour le monde….

Mais une fois dit cela, comment faire?

C’est une vraie question.

– Véganisme, végétarisme, alimentation? Sur Netflix, j’ai eu l’occasion de voir « Health and food » qui prône le véganisme pour notre santé et « Okja », film qui, une fois de plus, montre le côté néfaste du marketing et de l’industrie de la viande sans oublier son côté éthique.

Plus le temps passe, plus je pense que cette question du respect des animaux et de la nature est essentielle. J’aime tous les êtres vivants mais je n’ai pas d’affect particulier pour les animaux et pourtant. De savoir à quel point ils sont maltraités et de les manger me pose un souci. Je ne vais pas être vegan à priori mais j’ai évidemment envie de consommer moins de viande et de consommer mieux.

Pour ce qui est du lait, je n’en bois pas et je n’ai jamais aimé ça, j’ai toujours eu du mal à le digérer. La consommation de produits vegans ou végétariens m’intrigue, j’en ai testé un peu. Je les ai trouvés plutôt bons même.

Après il y a une économie derrière et c’est également valable pour du bio d’ailleurs. Bio n’est pas toujours = bon etc… 

Mon avis est de regarder la composition, essayer de s’améliorer autant que possible selon son budget.

  Lire la suite de « Vivre selon ses principes: possible ou non? »

Objectifs de vie: collab avec melle sweetness.

Hello, je me présente je m’appelle Muriel j’ai 23 printemps bientôt 24. Mon univers ? Un peu de tout à ma sauce & avec mon grain de folie. Viens le découvrir si tu es curieux. Bisous ♥ 

N’hésitez pas si vous voulez aller voir son blog.

Pour cet article commun, nous parlons objectifs de vie qui sont au nombre de 5.

1) Voyager

Plus le temps passe, plus je ressens ce besoin de découvrir, voir autre chose. Cela me paraît important pour le moral et l’ouverture d’esprit.

2) Se réaliser

C’est évident comme objectif mais pas facile quand même. Que ce soit au niveau pro que perso, j’espère réaliser le plus de choses possibles et trouver une certaine forme de sérénité.

3) Des compagnons de route

Des relations amicales saines, j’en désire toujours plus et des rencontres déterminantes, c’est ce qu’il me faut.

Lire la suite de « Objectifs de vie: collab avec melle sweetness. »

Expression libre (3)

Beaucoup de choses à dire dont certaines seront reprises dans mes prochains articles :

1) Femme superficielle ou un cerveau?

Je pense qu’il faut faire comprendre une bonne fois pour toutes aux hommes et aux femmes que:

-Je ne suis pas votre rivale (les femmes): m’habiller et me maquiller ne signifie pas que je souhaite être comparée. Je vous cède la première place sur tout volontiers.

-Les femmes qui ne vont pas passer trois heures à se pomponner (le cliché) restent des femmes belles, désirables. Pas juste un cerveau. Et soigner son apparence reste un choix personnel. A vous de respecter les choix de chacun.

2) Epilation, acceptation du corps?

Il y a une tendance: des femmes qui décident de ne plus s’épiler.

Et pour moi, comme tout cela relève du libre-arbitre. Et je respecte leur décision.

J’ai personnellement du mal à le faire, pas pour le regard des autres mais pour moi.

Après je ne me prends pas non plus la tête sur mes poils personnels. L’épilation, j’en fais ce que j’en veux.

Accepter son corps demeure difficile. On se torture à rêver du corps idéal. Commençons par aimer notre corps et après on verra ce que l’on peut en faire.

Lire la suite de « Expression libre (3) »