Criminelle

L’aura dangereuse. Terriblement séduisante.

Le regard qui te lance défi. Une héroïne digne d’un polar noir américain des années 40-50.

On la laisse passer parce qu’on a peur qu’elle nous contamine.

Les hommes la regardent passer, fascinés.

Le rouge à lèvres est rouge sang. Les ongles le sont tout autant.

Pourquoi est-elle criminelle? On lui a collé cette étiquette depuis quelque temps et elle a décidé que ce serait sa nouvelle identité.

Son coeur est douloureux mais sa carapace est dure.

Elle a commencé par avoir les yeux baissés, à pleurer de toute son âme. Elle termine en femme féroce, prête à ne plus jamais se laisser abattre.

Cette dernière sort son tee-shirt gris imprimé loup après avoir délicatement et de manière sexy, retiré son blouson de même couleur que ce qu’elle porte en dessous.

Elle a une jupe grise et des cuissardes. Ses talons claquent sur le sol et ses hanches bougent au son d’une musique qu’elle entend dans sa tête.

Ses limites? Définies mais ses ennemis ne le savent pas encore. Ses projets sont secrets et la demoiselle sait brouiller les pistes.

Irrésistible, une anti-héros au féminin.

Il est difficile pour elle de ne pas avoir peur car la prix à payer est énorme.

Cette scène se passe en fin d’après-midi quand commence les sorties du bureaux. La ville se met en ébullition, le soleil est encore là.

L’histoire s’écrit, sans qu’on se rende compte. Le destin joue à faire apprendre de dures leçons.

Paradoxalement, elle a la sagesse du tueur. C’est à dire que son esprit a confiance en l’avenir et dans les possibilités d’avancement de son futur.

Rien à perdre, si ce n’est la vie.

Cependant, vivre non dangereusement n’est pas une vraie existence. Non, et puis c’est subir ou mourir.

La soumission n’est pas son truc.

Arrivée à son appartement, elle prend son amant dans ses bras, le colle au mur du lit et l’embrasse fortement.

Il sourit quand elle le lâche. C’est son Clyde, sa destinée.

Nul autre ne la comprend mieux. Elle s’assied sur ses genoux et ne cesse de l’asticoter comme une ado qui retrouve son compagnon de flirt.

Un spot rose a été installé sur ce fameux mur qui est devenu sombre, la nuit étant tombée.

Deux lettres ont été écrites au rouge à lèvres: RP.

Que c’est bon de vivre hors de la réalité et d’être complètement clichée.

 

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!

Publicités

Rose Prune passe du côté obscur

L’écriture est une vraie passion pour moi et le blog aussi alors l’idée était de créer modestement une fiction inspirée de ma vie personnelle.

Alors je suis heureuse de vous faire partager le 3e épisode de ce « roman ».

jawbreaker

12 février 2017

ça fait plus d’un mois que je n’ai pas écrit et pourtant pas mal de choses changent.

Les semaines passent et il faut parfois plusieurs semaines, mois ou années pour que la douleur s’efface. Un poignard est enfoncé dans mon coeur depuis si longtemps. Et la Rose Prune que vous avez lu dernièrement est celle qui est gentille, qui veut vivre sa vie sans problèmes ni prise de tête.

Mais quand des évènements vous arrivent, vous vous transformez en une version sombre de vous-mêmes et celle-là c’est mon véritable alter-ego.

Ce n’est pas une gothique, ou une version méchante de conte de fée mais un sorte de monstre rouge au regard assassin et à la féminité encore plus exacerbée.

marlene-dietrich

Cette femme, elle admire de loin la Maléfique dont je vous ai parlé dans une autre histoire.

Pouvoir faire ce que ce genre de femmes réussissent à faire, c’est soit être un être immonde qui peut se voir dans une glace sans sourciller soit une femme qui s’est servi de ses armes pour pouvoir tout obtenir.

Et personnellement, je préfère la deuxième interprétation. Parce que la vie nous oblige à être méchant, à se battre pour avoir ce qu’on veut mais aussi à être blessante pour se faire respecter. C’est injuste mais c’est ainsi.

Le pire dans cette histoire, c’est que quand on vous attribue le rôle de gentille, vous devez le jouer jusqu’à la fin des temps autrement on vous brûle en place publique. Par contre si vous interprétez dès le départ le rôle de la méchante, on vous pardonne tout. Elle est comme ça disent-ils.

Alors soyons méchantes, « bad » comme disent nos amis anglo-saxons. Arrêtons de vouloir être parfaites et laissons le rôle de la fille bien aux autres.

Qui sait ce dont une gentille fille peut être capable quand elle choisit l’autre camp? Pire qu’une vraie méchante? C’est possible. ça reste soft encore parce que c’est sa nature profonde? Possible également!

Mais en tout cas, je suis prête encore pour la suite des aventures!

Fatal games

Que de suspense! Non je plaisante. Vous aurez droit sans doute à de l’écriture de meilleure qualité dans les prochains épisodes donc il va falloir attendre encore un peu, désolée, l’auteur donne le peu qu’elle puisse donner en ce moment.

 

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

 

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!

Introduction: l’apparition de mon alter ego/pseudo Rose Prune

rose-prune

14/01/2017

La famille. Il y a tout un mythe à propos de la famille : de son arbre généalogique, du fait que jusqu’à nos 18 ans, elle est tenue de s’occuper de nous etc…, notre héritage de caractère, physique, génétique.

Ce matin, j’ai compris. J’ai longtemps cru que j’étais un ovni pour eux car après tant d’années passées à chercher leur amour et à faire ce qu’ils attendaient de moi, j’ai commencé à vivre ma vie et à faire mes propres choix. Et ça a dégénéré. Ils ont cru que le meilleur moyen pour être tranquille est de « faire le moins de bruit » possible. Si ce qui, en soi, n’est pas faux. Mais ils ont oublié le bonheur, les rêves…

christina-aguilera

Je ne veux pas passer à côté de ma vie à cause d’eux. Je peux être « la party girl », « la scandaleuse » s’ils le veulent, la bobo pas dingue de son intérieur, ça m’est égal.  Je sais qu’ils ont peur pour moi, certains ont aussi peur des apparences également. Mais je ne renoncerai pas, j’irai jusqu’au bout.

Je ne veux pas mourir avec des regrets. Ce n’est pas moi. Il faut que j’assume mes choix et que je les défende jusqu’au bout quitte à les perdre en chemin. La vie c’est l’aventure.

Etes-vous prêt à me suivre dans ces dernières ?

Rose Prune

Je vas essayer de publier un épisode par mois voire plus ou moins selon les situations.

 

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!