Le bonheur vient de l’intérieur: vrai ou faux?

Voilà une affirmation que l’on trouve dans le développement personnel: le bonheur vient de soi et pas de l’extérieur.

 

C’est une affirmation qui a un côté culpabilisant je trouve.

Il est vrai que nous avons en nous-mêmes des barrières qui nous empêchent d’avancer et qu’il est nécessaire de les franchir pour se rapprocher du bonheur.

 

Et le plus dur je pense est d’attendre d’être capable de les franchir.

Mais bien-sûr c’est également faux car avoir l’entourage, les opportunités qu’il faut pour aller vers ce dont on rêve de faire professionnellement ou personnellement parlant, ce n’est pas évident.

On peut provoquer sa chance mais rien n’est garanti.

 

Pour moi, il faut accepter le fait que les choses ne sont pas forcément comme on a envie qu’elles soient à un instant t mais qu’à force de détermination, il y aura du mieux.

Lire la suite de « Le bonheur vient de l’intérieur: vrai ou faux? »

Publicités

Juin, le mois bien -être (3): L’obsession de la confiance en soi

Nous sommes dans une société où pour éviter les débordements, on nous indique ce qui est bien ou non d’adopter comme comportements.

Il y a une certaine logique dans tout ça sauf qu’on nous conduit à nous détester en tant que personne. Le mot détester est un peu fort mais je vais volontairement dans l’ extrême.

En tant que personne, nous devons être performants: ça signifie aller au-delà de ses limites, être toujours bien dans sa tête, corps etc…

Or, qui ne sait pas senti au moins une fois, nul, moche,etc….

Alors bien-sûr quand c’est une fois de temps en temps, ce n’est pas grave.

On doit tous se ressembler, être dans les standards physiques et psychologiques d’où cette obsession de la confiance en soi.

C’est une bonne chose d’apprendre à s’aimer, de vouloir se prouver à soi-même qu’on peut prendre des risques.

Mais pour moi, autant le bonheur est un apprentissage d’une vie, la question de la confiance en soi, l’est aussi.

Ayant fait des études sociologiques, je sais que le fait de se libérer de tout un tas de contraintes liées à la famille, religion etc.. après les années 1970, nous a fait nous sentir extrêmement seuls: on est maîtres de son destin, de ses choix, ce qui est à la fois positif et négatif. D’où le besoin de se comparer aux autres, on se dit qu’en ressemblant aux standards, on sera aimé et fera parti de la société.

Encore une fois, cela a un certain sens mais pour moi, en gommant toutes nos différences pour rentrer dans un moule, on s’oublie soi et alors s’aimer soi même me paraît impossible.

Laissons nous le temps de nous connaître et de nous aimer, la vie n’est pas un champ de courses.

Nous pouvons aussi en tant que parents, mettre en avant les qualités de ses enfants sans aller jusqu’à l’enfant roi.

Pour résumer, vous avez bien le temps de vous aimer, il suffit de faire un petit travail sur soi, avec psy ou non pour vous accompagner et de faire preuve de patience. Et la société a beau avoir des diktats avec lesquels on doit « jouer », développez votre personnalité, soyez ouverts et le reste, on s’en fout.

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!

Liebster Awards 2017 et L’improbable tag littéraire

The B Muffin m’a tagué pour un Liebster Awards et Ibidou pour l’improbable tag littéraire. Je les en remercie et je m’attelle à la tâche.

Liebster awards

11 choses à savoir sur moi:

lisa-rinna

kyle-richards

1)Je me regarde en ce moment la télé-réalité « The Real Housewives: Beverly Hills ». J’adore Kyle Richards et Lisa Rinna, ce sont les femmes que je préfère. Et je compte non seulement voir tous les épisodes mais en faire un article sur le blog.

2)Je me sens de plus en plus « femme » avec le temps. J’ai envie de plus en plus de me faire chouchouter, de faire des choses que je n’ai jamais faite comme une séance spa.

3)Du coup, j’ai trouvé une coiffeuse au salon « Lounge cut » vraiment adorable et qui semble aimer mon style. Comment aller se faire couper les cheveux ailleurs dans ces conditions?

coupe-de-cheveux

4)J’adore ma nouvelle coupe de cheveux et même si j’adore avoir les cheveux longs, je trouve que ça fait du bien de changer de tête ne ce serait-ce qu’une fois par an.

5)J’ai l’impression d’avoir à accomplir tellement de choses dans ma vie, que ce soit au niveau professionnel ou personnel. J’espère pouvoir réaliser un maximum de projets.

6)J’ai la sensation de prendre de plus en plus confiance en moi mais en même temps, comme beaucoup de femmes, quand je me sens mal, je me rappelle toutes les bêtises que j’ai faites et la confiance s’envole pendant quelques jours. ça fait très victime de dire cela mais c’est loin d’être le but de cette confession.

vipeach-kylie-jenner-sinfulcolors-trend-matters-collection-swatch

7)Je porte le vernis Vi Peach de Sinful Colors professionnal de la collection Kylie Jenner. C’est du vieux rose, rôle pâle , ce que je porte peu habituellement comme couleur mais c’est un beau nude.

Dita Von Teese Your beauty Mark

8)J’ai vraiment envie de finir « Your beauty mark » de Dita Von Teese. Je n’aurai pas du le laisser en suspens et ça va me refaire lire en anglais.

9)J’ai hâte de faire le ménage de printemps de mon chez moi et de pouvoir vous faire un petit concours. En presque 4 ans de blog, je n’en ai jamais fait.

yoga elle

10)Pareil, j’ai vraiment envie de retrouver la motivation de faire du yoga et du pilates. J’aimais mon mode de vie sain cet été. C’est difficile de le prolonger l’hiver.

11)Je me suis inscrite sur Wattpad. Je me mets à l’écriture même si je ne pense pas avoir de talent d’écrivain, loin de là. Et je suis en train de tester Netflix.

 

Ses questions:

1-Quel est le livre qui te ressemble le plus?

l'art du glamour

Sans hésiter « L’art du glamour et du fétichisme » de Dita Von Teese. Cela a fait de moi une pin up.

Lire la suite de « Liebster Awards 2017 et L’improbable tag littéraire »