Le concert de -M-

Chers lecteurs,

J’espère que vous allez bien.

Personnellement, j’adore les spectacles que ce soit du concert, du théâtre…

Je perçois ces moments comme à la fois de des grands moments esthétiques et émotionnels.

Et j’ai donc enfin pu voir, Matthieu Chedid alias en concert dernièrement.

I- -M-, un artiste que je suis depuis 15 ans:

Ce fut la première fois que je le voyais en concert, il est passé un certain nombre de fois  par les villes dans lesquels j’habitais et je l’ai souvent loupé, les places se vendant assez rapidement.

Je me souviens de mon adolescence quand j’écoutais en boucle son premier album, Le baptême.

Et puis je l’ai suivi au fil des albums ( Je dis aime, Qui de nous deux…)

J’ai adoré l’album Mister Mystère qui était plus rock et plus sombre, puis Île et enfin Lettre infinie.

II- Le concert:

A- A l’entrée:

Quand on arrive dans la salle, on nous offre, des lunettes 3d en forme de M, comme une façon de nous faire rentrer dans son univers.

J’ai d’ailleurs également pu ramener chez moi un magnet du spectacle d’ailleurs.

Lire la suite

Une chambre à soi/ Lait et miel, deux lectures féministes (LC)

Chers lecteurs,

Je suis ravie de vous retrouver avec ce nouvel article.

Cet été, j’ai eu l’occasion de lire deux livres qualifiés de féministes, de deux époques et genres différents.

1-Une chambre à soi de Virginia Woolf , lecture commune avec La petite créature

 

Cette adorable copinaute et moi avons deux points communs: une passion pour la culture et le féminisme.

Il se trouve que ce fut pour nous l’occasion de lire cet essai classique de cette célèbre autrice.

Merci à Marine pour avoir accepté de le faire avec moi!

A. Résumé (source Fnac):

 » Je sais, vous m’avez demandé de parler des femmes et du roman. Quel rapport, allez-vous me dire, existe-t-il entre ce sujet et une « chambre à soi » ?, interroge Virginia Woolf en ouverture d’une conférence sur le féminisme qu’elle dispensa aux étudiantes de l’université de Cambridge. Avec une irritation voilée d’ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu’à une époque toute récente, les femmes ont été savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, par voie de conséquence, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi.  »

Nos exemplaires venaient des éditions 10/18 et faisaient 176 pages.

Lire la suite