Ciné club de Potzina: couples mythiques dans le cinéma

Pour ce thème  du ciné-club de Potzina choisi par Augustine, j’ai décidé de l’aborder par le biais du couple réalisateur/actrice au travers de la relation Jean-Luc Godard/Anna Karina.

Le film dont je vais vous parler est Pierrot le fou.

Pourquoi spécialement ce film? Parce que ce couple à la ville se sépare peu avant le tournage de ce film.

La période cinématographique Anna Karina pour M. Godard est en train de se terminer.

En voici le résumé:

L’odyssée à travers la France de Ferdinand dit Pierrot le Fou et de son amie Marianne, poursuivis par des gangsters à la mine patibulaire.

J’ai beau avoir vu quelques films de ce réalisateur, je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ses longs-métrages sont à ce point compliqués.

Anna Karina, danoise, est découverte par ce dernier qui du « Le petit soldat » à « Made in USA » la fait tourner dans ses films.

La jeune femme est belle, sait parler plusieurs langues, chanter, danser, c’est la muse parfaite.

Lire la suite de « Ciné club de Potzina: couples mythiques dans le cinéma »

Article en collaboration avec M elle Sweetness (2): Ce que j’aime

Je vais donc, à contrario de l’article précédent, parler de 5 choses que j’aime:

Cliquer sur l’image pour aller sur son blog.

(1): Manger, dormir. Le repas est un véritable plaisir pour moi que ce soit avec mon amoureux, des amis, j’aime partager un repas, l’étape de la préparation aussi. J’adore prendre le temps, profiter pour goûter des choses, discuter de différents sujets. Dormir avec mon amoureux, faire une sieste est un vrai bon moyen pour moi d’oublier les soucis et d’apprécier une certaine sérénité.

(2) Les mots. Je passerai mon temps à parler de tout et de rien, ainsi qu’écrire tout ce que j’ai en tête. Je vous parle même pas de la littérature ou des dialogues d’un film ou d’une série. Je peux les savourer.

(3) La danse. J’aime les comédies musicales, c’est un fait: si je m’écoutais, la vie serait comme « Les demoiselles de Rochefort » ou « Peau d’âne » ou encore toutes les comédies musicales avec « Gene Kelly ». Danser, bouger son corps, se laisser aller à la musique, c’est la vie. Il n’y a rien de plus  beau qu’une chorégraphie à mes yeux.

(4) Rire. Rire jusqu’à en avoir mal à ventre, il n’y a rien de mieux. Au détour d’une conversation, devant un film ou spectacle comique.

Lire la suite de « Article en collaboration avec M elle Sweetness (2): Ce que j’aime »

Criminelle

L’aura dangereuse. Terriblement séduisante.

Le regard qui te lance défi. Une héroïne digne d’un polar noir américain des années 40-50.

On la laisse passer parce qu’on a peur qu’elle nous contamine.

Les hommes la regardent passer, fascinés.

Le rouge à lèvres est rouge sang. Les ongles le sont tout autant.

Pourquoi est-elle criminelle? On lui a collé cette étiquette depuis quelque temps et elle a décidé que ce serait sa nouvelle identité.

Son coeur est douloureux mais sa carapace est dure.

Elle a commencé par avoir les yeux baissés, à pleurer de toute son âme. Elle termine en femme féroce, prête à ne plus jamais se laisser abattre.

Cette dernière sort son tee-shirt gris imprimé loup après avoir délicatement et de manière sexy, retiré son blouson de même couleur que ce qu’elle porte en dessous.

Elle a une jupe grise et des cuissardes. Ses talons claquent sur le sol et ses hanches bougent au son d’une musique qu’elle entend dans sa tête.

Ses limites? Définies mais ses ennemis ne le savent pas encore. Ses projets sont secrets et la demoiselle sait brouiller les pistes.

Irrésistible, une anti-héros au féminin.

Il est difficile pour elle de ne pas avoir peur car la prix à payer est énorme.

Cette scène se passe en fin d’après-midi quand commence les sorties du bureaux. La ville se met en ébullition, le soleil est encore là.

L’histoire s’écrit, sans qu’on se rende compte. Le destin joue à faire apprendre de dures leçons.

Paradoxalement, elle a la sagesse du tueur. C’est à dire que son esprit a confiance en l’avenir et dans les possibilités d’avancement de son futur.

Rien à perdre, si ce n’est la vie.

Cependant, vivre non dangereusement n’est pas une vraie existence. Non, et puis c’est subir ou mourir.

La soumission n’est pas son truc.

Arrivée à son appartement, elle prend son amant dans ses bras, le colle au mur du lit et l’embrasse fortement.

Il sourit quand elle le lâche. C’est son Clyde, sa destinée.

Nul autre ne la comprend mieux. Elle s’assied sur ses genoux et ne cesse de l’asticoter comme une ado qui retrouve son compagnon de flirt.

Un spot rose a été installé sur ce fameux mur qui est devenu sombre, la nuit étant tombée.

Deux lettres ont été écrites au rouge à lèvres: RP.

Que c’est bon de vivre hors de la réalité et d’être complètement clichée.

 

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!

Hallucinations collectives: The Jane Doe Identity

J’avais entendu parler à plusieurs reprises du festival des Hallucinations Collectives qui réunit à Lyon, des films de genre, de toutes époques et nationalités.

Je n’ai vu pour l’instant qu’un film: « The Jane Doe Identity » dont j’ai pu assister à l’ avant-première.

En voici le résumé:

Un père et son fils travaillent ensemble à la morgue locale. Lorsqu’ils « reçoivent » le corps d’une mystérieuse inconnue, les deux hommes décident de mener l’enquête sur son identité.

Lire la suite de « Hallucinations collectives: The Jane Doe Identity »

Ciné-club de Potzina: film costumé

Costumes de films a proposé pour le thème du Ciné-club de ce mois-ci de parler d’un film costumé.

C’est un thème qui me tient à coeur, aimant beaucoup les vêtements contemporains ou historiques.

Mon choix ne va pas plaire à tout le monde, il s’agit d’Une vieille maîtresse de Catherine Breillat.

Je ne dis ne va pas plaire à tout le monde car je dois être la seule que je connaisse à aimer ce film.

En voici le résumé:

Paris, 1835…
Comme pour conjurer les soubresauts de l’époque, la noblesse se pique au jeu des Liaisons dangereuses, (un demi-siècle après la publication du roman épistolaire de Choderlos de Laclos), feignant de se croire encore au siècle des Lumières.
La Marquise de Flers décide de marier sa petite fille, fleuron de l’aristocratie française, avec Ryno de Marigny, une sorte de Valmont romantique.
Mais ce que tout le monde ignore c’est que ce Don Juan, impénitent, est depuis 10 ans l’amant et la proie d’une courtisane scandaleuse, démon de la séduction, fille naturelle d’une duchesse et d’un toréro.

Lire la suite de « Ciné-club de Potzina: film costumé »

Favoris de mars/avril 2017

Je dirai que comme le printemps avec la nature, je suis en phase de renouveau. Du coup, j’ai une montagne de choses à dire mais je n’ai ni le temps ni les moyens de les dire.

Je vous ai parlé précédemment de mon goût pour les vide-dressing qui m’ont permis de récupérer des bijoux, des vêtements.

Je me suis aussi appuyé sur des valeurs sûres pour les thés et la beauté: une crème hydratante pour le visage et une autre pour le corps de Lush ( Cosmetic Laid, Charity Pot). Pour moi la « Charity Pot » est un vrai bon plan: peu chère, elle permet de donner des sous à des associations caritatives.

Niveaux thés, je suis toujours aussi fan de Kusmi Tea (Blue Detox à l’ananas miam), les infusions des deux marmottes et une vraie découverte en plus lyonnaise: Huguette et les gâteaux. J’ai commandé sur le site, un thé à base d’amandes et de cerises, quelle bonne surprise. L’odeur est tellement gourmande, on sent fortement l’amande. Et une fois le thé infusé, quel plaisir de goûter la cerise! On est dans la vraie démarche de retomber en enfance.

Pour revenir et terminer la gamme soins, je me sers toujours d’huile essentielle de mandarine, de l’huile végétale d’amande douche de la marque Puressentiel que je trouve en pharmacie et je reste fidèle à Cadum pour tout ce qui est douche (savon, gel douche, déodorant).

En photo, vous pouvez voir aussi une version parfum de poche d’Illicit de Jimmy Choo. Autre bon plan pour ceux qui veulent du parfum à bas prix: ces versions pour sac qu’on peut trouver vers les caisses de Séphora et qui coûtent 2fois voire trois fois moins cher que des gros parfums classiques . Si vous choisissez une version à bille comme celui que j’ai, vous garderez votre parfum plus longtemps.

Ah j’oubliais, les vernis Lidl! Je vous ai mis en photo sur Instagram , un vernis rouge de chez Lidl. Autre bon plan: la marque s’appelle Cien et vous propose des vernis avec un bon rapport qualité/prix.

Lire la suite de « Favoris de mars/avril 2017 »

Ciné Club de Potzina de mars+ petit apparté

Pour ce thème proposé par Bangararangdaily , qui concerne les Studios Ghibli, j’ai décidé de vous parler du premier film que j’ai vu de ces derniers:

« Arrietty, le petit monde des chapardeurs ».

« L’histoire se déroule au Japon, en 2010. Les Chapardeurs sont des petits hommes hauts d’une quinzaine de centimètres qui vivent sous les planchers en tâchant de ne jamais être vus par les humains. Comme leur nom l’indique, ils vivent de chapardages, mais n’empruntent que le strict nécessaire. Le film relate les aventures de la jeune Chapardeuse Arrietty, 14 ans, et de sa famille logeant dans une maison de poupée, dans un univers plein de dangers. L’arrivée d’un jeune garçon dans cette maison de campagne va complètement transformer l’existence de notre héroïne. Le film s’axe en effet, et c’est assez récurrentdans les œuvres du studio Ghibli, sur la rencontre d’un jeune garçon et d’une jeune fille, ici Arrietty la chapardeuse, et Shô, jeune enfant souffrant venu se reposer une semaine dans cette vieille maison familiale. Leur rencontre est la clé de l’histoire. »

Lire la suite de « Ciné Club de Potzina de mars+ petit apparté »