Article en collaboration avec Emilie is Away : le vintage

emilieisawayblog.wordpress.com

Je suis ravie de faire cet article avec Emilie is away, je vous conseille d’ailleurs d’aller faire un tour sur son blog. Nous avons décidé de parler d’un intérêt commun: le vintage.

Je suis passionnée depuis plusieurs années par le vintage et j’ai fait parti des filles qui se sont servis de leur garde-robe pour donner un côté rétro à leurs tenues quotidiennes.

J’ai l’impression que c’est le moins le cas aujourd’hui, je vis plus le moment présent.

Le vintage m’aura appris à aimer l’histoire, particulièrement celle de la première moitié du 20e siècle mais pas que, aussi que la mode est un éternelle recommencement et que l’originalité est ce qui permet de se développer en tant que personne.

Lire la suite de « Article en collaboration avec Emilie is Away : le vintage »

Publicités

J’ai lu ma première romance historique: Les esprits amers de Jenn Bennett

Je découvre toujours de nouvelles choses, que ce soit en littérature, en mode ou beauté. J’ai  en effet, non seulement découvert une romance historique mais aussi la collection Diva des éditions Charleston. Il s’agit du livre « Les esprits amers, au coeur des années folles tome 1 » de Jenn Bennett.

En voici le résumé:

1927, San Francisco, Années folles

Aida Palmer est médium et donne un spectacle sur la scène du Gris-Gris, l’illustre bar clandestin du quartier chinois. Toutefois, sa capacité à faire venir (et renvoyer) les morts est plus qu’un simple numéro. Winter Magnusson est un contrebandier reconnu. Plus à l’aise avec les revolvers qu’avec les fantômes, il est la cible récente d’un sort malveillant qui fait de lui un aimant à esprits. Alors que l’assistance surnaturelle d’Aida est requise pour bannir les revenants, son aura refroidie par la présence des êtres surnaturels s’enflamme sous un autre type de sort, déployé par le charmant contrebandier… À la recherche du sorcier responsable de la malédiction, Aida et Winter sont vite grisés par la passion. Et plus ils se rapprochent l’un de l’autre, plus ils prennent conscience qu’ils ont chacun leurs propres démons à exorciser…

Cette version de poche est publiée aux éditions Charleston, collection diva. Il fait 496 pages.

Lire la suite de « J’ai lu ma première romance historique: Les esprits amers de Jenn Bennett »

Nadja d’André Breton

Cette lecture a été effectuée en lecture commune avec deux adorables blogcopinautes La bibliothèque de Bénédicte et La Biblio d’One (dont voici les critiques de l’ouvrage ici et ici).

breton-nadja

 

Résumé:

«J’ai pris, du premier au dernier jour, Nadja pour un génie libre, quelque chose comme un de ces esprits de l’air que certaines pratiques de magie permettent momentanément de s’attacher, mais qu’il ne saurait être question de se soumettre. J’ai vu ses yeux de fougère s’ouvrir le matin sur un monde où les battements d’ailes de l’espoir immense se distinguent à peine des autres bruits qui sont ceux de la terreur et, sur ce monde, je n’avais vu encore que des yeux se fermer.»

Je l’ai dans la collection Folio de Gallimard et il fait 192 pages.

Mon avis:

Autant vous le dire, je suis fan des années 20, du surréalisme que ce soit en art ou en littérature, cela a apporté du renouveau, du bouillonnement créatif à cette époque d’après-guerre.

bouche-nadja

 

J’ai à la fois aimé Nadja et à la fois moins aimé et je vais vous expliquer pourquoi:

  • Première chose: la relation Nadja/André Breton est passionnante et intriguante: elle est sa maîtresse sans l’être vraiment, elle fait l’effet d’une originale dans un premier temps puis d’une fille perdue et d’une folle dans un second temps (ça m’a fait pensé bizarrement à Zelda Fitzgerald qui connaît aussi des problèmes mentaux).
  • Deuxième chose: le contexte de l’époque bien-sûr: le côté « communiste » c’est à dire se rebeller contre le travail qui aliène, aller voir des pièces sanglantes, se servir de la folie comme source d’inspiration pour de l’art, de la poésie (là pour le coup, j’ai pensé à Séraphine, le film retraçant le parcours de la peintre qui devient folle).
  • Troisième chose: On est imprégné dans cette ambiance surréaliste donc et complètement intellectuelle mais on sent aussi que Nadja est malade car elle se sert de lui, elle lui dit des mots d’amour pour mieux le manipuler ensuite pour qu’il s’occupe d’elle quand elle en a besoin.

Lire la suite de « Nadja d’André Breton »

Les années folles

Ceux qui me connaissent savent que j’aime beaucoup la période des années 20-30.

J’ai lu pas mal sur le sujet, vu quelques films dont des muets et ai lu des romans de cette époque dont « Gatsby le magnifique » et « Lewis et Irène » que je vous recommande. J’ai même joué à un jeu de rôle qui se déroulait à cette période, Cthulhu. J’oublie aussi la comédie musicale « Mistinguett, la reine des années folles ».

J’ai eu l’occasion dernièrement de lire « Lady Scarface » et de revoir un film appelé « Les 7 voleurs de Chicago ». Je vous en parle dans cet article.

lady scarface

Lady Scarface

Résumé:

Elles sont meurtirères, frondeuses, séductrices, esprits rebelles et libres, elles ont choisi d’être des Lady Scarface, à la vie à la mort… De la naissance des bordels de Chicago à celle d’Hollywood, Diane Ducret nous plonge dans l’intimité des  » fiancées de la poudre « , les femmes du clan d’Al Capone et autres gangsters qui ont fait trembler le monde. Elles s’appellent Mae alias  » Madame Capone « , Ada et Mina Everleigh, les  » Impératrices du vice « , Margaret Collins,  » la fille au baiser mortel « , Louise Rolfe,  » L’alibi Blonde « , Thelma Todd,  » la fiancée de la poudre « , Virginia Hill,  » la sulfateuse  » ou Bonnie Parker,  » la Juliette au revolver  » : elles sont les compagnes d’infortune comme de gloire, de whisky et de fêtes interminables d’Al Capone, Bugsy Siegel, Lucky Luciano… Traquées par le patron du FBI J. Edgar Hoover, muses de la prohibition, elles n’ont rien à envier aux hommes en matière de crime, les talons haut en prime. Avec le brio qui la caractérise, Diane Ducret raconte autant d’histoires qui font l’histoire du crime, abordant toujours l’univers du crime dans la lignée de son best-seller  » Femmes de Dictateur ».

« Lady Scarface » fait 382 pages. Il est publié aux éditions Perrin Plon.

Mon avis:

Cet ouvrage est une véritable mine aux trésors pour ceux qui s’intéressent aux années 20-30 et bien entendu à la prohibition qui existait à cette période.

Le livre est magnifique, ultra-documenté, facile à lire et avec une écriture qui montre la fascination qui peut exister pour ces personnages.

Mae Capone
Mae Capone

Les femmes de gangsters sont pour la plupart de véritables complices de leurs maris vénérés à l’exception de Mae Capone et quelques autres. Ces dernières tombent juste amoureuses du mauvais garçon quand d’autres cherchent l’aventure ou une ascension sociale.

Ce qu’il faut savoir, c’est que les membres de mafia ainsi que leurs épouses deviennent des légendes. Par conséquent, entre ce qui se passe réellement et la vérité, il y a parfois un monde. Bien sûr, certains gangsters comme Siegel cherchent la compagnie des actrices ou millionnaires, ce qui donnent lieu à une vie plutôt luxueuse et hors du commun.

Les gangsters fascinent car ils vivent selon leur propres règles et ont réussi à devenir des personnes importantes et craintes. Ils sont aussi parfois détestés car sont traités en célébrités et leurs femmes encore plus parce que certaines vivent elles aussi selon leurs propres désirs, ce qui, évidemment, n’est pas chose courante à l’époque.

Ces êtres profitent de la prohibition et des années folles pour s’amuser et disposer de leur luxe mais voit leur emprise périr avec la crise de 1929 sans oublier via Edgar Hoover dont la traque de ces bandits est devenue une obsession.

Les « ennemis publics n°1 » sont vite rattrapés par la prison, la maladie ou encore les fuites prolongées.

Il est difficile pour moi de ne pas aimer ce livre parce que c’est un livre bien fourni et aussi bien écrit.

Lire la suite de « Les années folles »

Divers beauté et style de vie (2)

Je lance une deuxième partie à mon article précédent.

Le prochain que je vous concocte sera sur le mois du polar puis un autre sur mes tops et flops culturels de février 2016.

  • Journal de mes cheveux:

Une fois par an, je vais chez le coiffeur, histoire de faire respirer mes cheveux. Je voulais faire le point sur les coupes de cheveux que j’ai pu avoir ces 5-6 dernières années (quand j’ai commencé à être adulte en résumé).

-L’adolescence s’est fini en rebellion et le gothique en a été le symbole. L’étape suivante logique a été le rétro.

Et mon premier passage chez le coiffeur à ce moment là a été la coupe carré (courte et droite comme un casque) Louise Brooks.

Louise Brooks

Cette coupe de cheveux a été l’occasion pour moi de devenir une flapper des temps modernes.

Et en plus, étant cinéphile, j’avais l’impression d’être un personnage de film.

Car cette coupe a été utilisée à de nombreuses reprises au cinéma (je vous mets quelques photos en dessous).

The Doom Generation

Vivre sa vie

rue des plaisirs

La collectionneuse

Pour les non-connaisseurs, Louise Brooks représentait bien les années 20: elle aimait la vie, le sexe, la fête. Cette actrice américaine a été une danseuse des folies Ziegfeld (les folies bergères américaines) et a été une actrice plutôt dans des seconds rôles américains. Ses plus grands rôles américains ont été « Les mendiants de la vie » (film que je vous recommande absolument), « Une fille dans chaque port » et « The canary murder case ».

Lire la suite de « Divers beauté et style de vie (2) »

2 Tests: l’effeuillage burlesque et une partie de jeu de rôle Cthulhu

Cet article ne sera pas très long mais vous permettra, je l’espère, de découvrir de nouvelles pratiques.

(L’article lecture arrivera prochainement, promis).

ophelie-effeuillage-burlesque-lyon-6 (1)

-L’effeuillage burlesque est incontournable pour peu qu’on soit fan de l’univers des pin up.

Je me suis procurée un cours d’effeuillage burlesque dispensé à domicile par une professeur du site effeuillage-ophelie.com.

Avec mon amie Glamour Porcelain Doll, nous l’avons suivi et très honnêtement, nous avons passé un agréable moment.

Nous avons appris en une heure 30 les bases de cette pratique et ce,  au début grâce aux accessoires fournies par la prof: les gants, le boa que nous avons appris à enlever. Puis nous avons continué à mémoriser des mouvements pour enlever nos vêtements.

Par répétition, avec de la musique appropriée, nous avons refait toute la chorégraphie.

La prof était agréable, dynamique, nous étions plus dans la découverte que dans la performance et lorsqu’on s’est planté toutes les deux en fin de mouvements, nous avons bien ri. Et c’était vraiment le principal.

En fin de cours, elle nous a fourni la liste des morceaux qu’elle a utilisé et nous a recommandé si cela nous intéressait ,de nous entraîner et de regarder des numéros d’effeuilleuses.

Pour conclure, si vous voulez tenter l’expérience et que ce site couvre votre ville, n’hésitez pas y aller. C’est marrant, ludique et sportif!

La liste des titres musicaux utilisés pendant le cours et des morceaux de plume restant des boas.

cthulhu

-Je ne donnerai pas de définition en tant que tel du jeu de rôle.

J’en avais déjà fait une première fois avec le jeu de Donjons et Dragons. Etant plus fan des années 20 que de l’univers médiéval fantastique, j’ai récidivé avec l’univers de Lovecraft.

L’histoire, la quête était autour d’une enquête policière avec des soupçons de fantastique.

Pareil, ce fut vraiment amusant d’être immergé dans un univers imaginaire et d’y évoluer. En plus avec d’autres personnes, car on passe parfois aussi par de bons moments de rires.

La période et l’histoire m’ont vraiment plu, après j’ai eu du mal à tenir plusieurs heures. Et le problème avec l’enquête, c’est que cela peut être assez long et on a l’impression de pas toujours avancer. Mais ça aurait pu être moins axé enquête.

Un aparté: le système de calcul en pourcentages est très facile et c’était très appréciable.

Par conséquent, si vous avez envie de vous amuser, de rentrer dans un univers qui vous plaît, n’hésitez pas à tester.

Je tiens aussi à préciser qu’étant débutante, je voulais juste m’amuser pas bien plus.

Cela m’a également donné envie de tester de nouveaux univers.

Ma fiche de personnage, ma fiche avec mes points et mes notes sans oublier des notes complémentaires sur mon perso.
Ma fiche de personnage, ma fiche avec mes points et mes notes sans oublier des notes complémentaires sur mon perso.

Lien: le jeu de rôle expliqué par Maedhros 909 .

 

Point positif:

chantons sous la pluie

Résultat un excellent week-end qui redonne le moral, le mois de novembre démarre vraiment bien.

J’ai aussi envie de faire le challenge 30 Day Movie Challenge mais pas sur un mois tous les jours, je le ferai à mon rythme, je pense.

 

Point pin up:

Des numéros de Dita bien sûr:

 

N’oubliez pas de commenter cet article, de l’aimer et de me faire partager vos découvertes culturelles et beauté.

Dernier article , mon tumblr, la page Facebook du blog, mon profil Betaséries,We heart itHellocoton, Livraddict, le blog de Maedhros 909 et mon tumblr beauté et mode.

Ciao!

Littérature et cinéma

années 20

Sommaire de cet article:

Mes avis sur 2 livres: « La poupée sanglante » de Gaston Leroux et « Les conspirateurs » de Shan Sa.

Derniers films vus:  The voices de Marjane Satrapi , Big Eyes de Tim Burton, Cendrillon de Kenneth Branagh, Journal d’une femme de chambre de Benoît Jacquot, Lost River de Ryan Gosling , Avengers 2 de Joss Whedon, La blonde ou la rousse de George Sydney, Fini de rire de John Farrow et Richard Fleischer, Superman de Richard Donner, L’amour est un crime parfait d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu, La terre des pharaons d’Howard Hawks.

-Autres liens en fin d’article.

Lire la suite de « Littérature et cinéma »

Le fascinant monde des pin up

pin up

Depuis la création de ce blog, je n’ai quasiment pas écrit d’articles sur ma plus grande passion: le rétro.

Le rétro est intimement lié à la pin up, figure ultra féminine et objet de désir qui a commencé à la fin du XIXème siècle et qui a existé jusque dans les années 60-70. Un revival est survenu à la fin des années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

Je vais vous dévoiler tous ses aspects, ça risque d’être long.

I- Les films classiques:

Toute fan de rétro digne de ce nom devrait selon moi regarder des films classiques puisque c’est le seul moyen de connaître les looks et attitudes de cette figure féminine.

Ziegfeld Follies

Petite parenthèse historique: selon un documentaire que j’ai vu, la pin up est née en France, à la belle époque, entre les danseuses du Moulin Rouge et les courtisanes parisiennes. Dans ces numéros de danse ou bien d' »actrice », la femme attise le désir et se crée son propre mode de vie. La limite entre pin up et vulgarité a toujours été floue. La pin up a continué en France dans les années 20 avec les garçonnes et les Folies Bergère et arrive aux Etats-Unis avec Ziegfeld Follies et les cabarets burlesques. La figure de la pin up atteint son apogée aux Etats-Unis pendant la 2nde guerre mondiale, où les femmes, en plus de travailler, n’hésitent pas à poser ou à écrire des GIs afin de soutenir leur moral. Bettie Page a su continuer à faire durer le mythe en posant pour des camera club et les femmes sont encore glamour jusque dans les années 70. 

Après l’arrivée du muet dans les années 20, le cinéma américain notamment était destiné principalement aux femmes dans les années 30 et 40. Les années 80 et 90, bien que les femmes aient changé leur garde-robe pour plus confortable, vont voir apparaître des films basés plus sur la passion et la sexualité. A partir des années 2000, la vague rétro fait que des films se déroulant des années  1900 à 1970, sont de plus en plus présents. Les séries suivront cette vague.

la garce

Mon blog parlant beaucoup de cinéma, qu’il soit classique ou contemporain, je vous invite à lire mes articles qui y sont consacrés. Je serai ravie de donner des suggestions à ceux qui le souhaitent. Quelques liens tout de même à la fin de l’article.

Lire la suite de « Le fascinant monde des pin up »

Gatsby le magnifique et autres

Couple années 20

Sommaire

-Gatsby le magnifique

– Saison 1 d’Once upon a time

-Mes icônes de cinéma

Mes projets 

-Les petits bonheurs de l’hiver (et du printemps)

 

(Regardez les passages qui vous intéressent , commentez cet article , « aimez-le » et n’oubliez pas de me parler de vos découvertes culturelles)

Lire la suite de « Gatsby le magnifique et autres »

Trop de choses à dire

Le ballet Blanche-neige d' Angelin Preljocaj
Le ballet Blanche-neige d’ Angelin Preljocaj

Faisons le point.

Liste de ces choses à dire:

1) Un grand merci pour vos commentaires à l’article précédent. Je vais voir où mon imagination me conduit, si cela restera des petits portraits mi fiction/mi-réalité ou si cela sera sous une autre forme.

2) Beaucoup de projets pour de futurs articles: une présentation du cinéma muet, la représentation culturelle de l’érotisme, mon rapport avec les séries télévisées… Ce sera sûrement des articles spéciaux ou alors introduits dans des articles de bilans culturels. J’ai hâte de pouvoir vous en parler.

le loup de wall street

3) Au niveau cinéma, j’ai vu « Le loup de Wall Street » de Martin Scorsese que j’ai trouvé extrêmement bien fait, et le portrait dressé sur le milieu boursier et le monde du travail me semble assez juste, évidemment Léonardo Dicaprio est formidable et j’ai eu la bonne surprise de retrouver une actrice de Pan Am. Pour autant, ce film m’a laissé un arrière goût dans la bouche et je l’ai trouvé trop long. J’ai ensuite visionné « L’imaginarium du Docteur Parnassus » de Terry Gilliam que j’attendais de voir depuis longtemps. Reprenant un peu l’idée du baron de Mundchausen, le film m’a paru cependant un peu trop compliqué à comprendre, l’univers me paraît un peu embrouillé et je n’ai pas perçu la seconde lecture qu’il pourrait y avoir ( que le vieil homme a tout inventé et que ce serait ses délires). Malgré tout, cela reste un très bon film avec un univers visuel à la Terry Gilliam (un peu trop d’images de synthèse cela dit). Enfin, je me suis rendu pour voir « Nymphomaniac Volume 1 » de Lars Von Trier. J’ai été impressionné par la virtuosité du film ( qui est en fait moins trash qu’on le croit avec la censure), par l’écriture des dialogues et du scénario. J’ai vraiment adoré et j’espère que la seconde partie restera à la hauteur.

Lire la suite de « Trop de choses à dire »