Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

Zoom sur ma dernière lecture

Ah Mathias Malzieu, cela fait des années que je le suis que ce soit musicalement avec Dionysos et puis aussi en littérature (« La mécanique du coeur », « Journal d’un vampire en pyjama », « Le plus petit baiser jamais recensé »…).

Cette dernière lecture m’a enthousiasmé et je vais vous dire pourquoi.

(Attention aux spoilers!)

 

1- Une sirène à Paris, résumé:

Une sirène à Paris

Juin 2016, la Seine est en crue et Gaspard Neige trouve sur les quais une sirène blessée qu’il ramène chez lui. Elle lui explique que tous les hommes qui entendent sa voix tombent amoureux d’elle et en meurent, mais, convaincu que son coeur est immunisé depuis sa rupture, Gaspard décide de la garder jusqu’au lendemain dans sa baignoire.

 

Cet ouvrage fait 240 pages et est publié aux éditions Albin Michel.

 

2- Mon avis :

Pour moi, « Une sirène à Paris » est un vrai roman feel-good autant qu’il nous transporte dans un imaginaire du registre du merveilleux.

A- Ses +:

  • Je vais commencer par le fait que ce livre raconte deux histoires en parallèle: celle de Gaspard et sa sirène mais aussi celle d’une infirmière qui perd son amoureux à cause de cette sirène. Et voir ces deux points de vue, parcours sont vraiment très intéressants, je crois que c’était la première fois que l’auteur faisait cela.
  • C’est en effet un roman très humain, personne n’est diabolisé ni vu comme des méchants, chacun des personnages est le fruit d’un certain vécu: la sirène a été victime des hommes et c’est donc pour cela qu’elle les tue par son chant, le père de Gaspard veut vendre le flowerburger pour pouvoir continuer à avancer sans son passé, l’infirmière souhaite se venger de cette sirène car après avoir perdu jeune son père, c’est autour de l’homme qu’elle aime….
  • Oui le merveilleux est au rendez-vous: le bâteau qui contient le flowerburger (qui tout à fait, propose des fleurs dans ses burgers) et vit dans un monde étrange et assez vintage, la sirène qui peut tuer par son chant les hommes… Mais il y a aussi l’appartement de Gaspard et toutes ses trouvailles abracabrantesques….

( Pour remettre dans le contexte, ce bâteau appartenait à la grand-mère de Gaspard. Celui-ci y fait un spectacle tous les soirs mais le restaurant ne rapporte pas assez d’argent. Autre élément: c’est un lieu chargé d’histoire auquel il est attaché. )

  • Ce roman est très positif tout d’abord parce que Gaspard redécouvre l’amour et c’est d’ailleurs le retour des sentiments qui m’a le plus personnellement touché. Ensuite parce qu’on voyage avec plaisir dans cet univers à la fois merveilleux et un peu difficile en même temps. On côtoie la douleur, la dépression pour arriver à un certain espoir et cela, ça fait du bien.

Lire la suite