Expression libre: les règles

Coucou à tous! J’espère que vous allez bien.

De mon côté, j’ai décidé de contribuer au « Padman Challenge » sans aucune prétention: le but étant de briser le tabou autour des règles.

Il est fort probable que je vous écrive d’autres articles autour de la féminité ou du féminisme.

 

Commençons par le commencement, je ne suis pas scientifique donc il y aura sûrement des erreurs dans mon raisonnement.

 

Définition

Les règles ou menstruations se constituent en du sang qu’une femme va perdre de 3 à 10 jours une fois par mois. Il s’agirait d’une couche supérieure de l’endomètre qui se perdrait suite à un oeuf non fécondé.  Ce sang sera évacué par son vagin.

Le cycle d’une femme est constitué d’environ 28 jours, avec une période d’ovulation, de fécondation et de règles.

Une femme a ses règles à l’âge de 12-13 ans mais il est tout à fait possible de les avoir avant ou après cette période sans soucis de santé. Les menstruations durent jusqu’à la ménopause, cette dernier débutant à partir de 50 ans environ mais comme pour l’apparition, cela peut être avant ou après. Elles ne sont pas présentes pendant une grossesse.

 

Notions liées aux règles

On parle du syndrôme prémenstruel pour décrire des symptomes que sont l’irritation, la fatigue, de la faim excessive entre autres… Et ces symptomes peuvent se dérouler 3 à 10 jours avant la période des règles voire après, durant cette dernière.

L’endométriose est une maladie liée à l’endomètre justement et souvent, on la détecte suite à des règles très douloureuses. Car oui, les menstruations enclenchent souvent de la douleur au niveau du ventre.

 

Pourquoi je parle des règles

Parce que c’est un sujet encore « tabou », c’est à dire qu’on assimile ce sang à de la saleté, de l’impureté, d’ailleurs, souvent c’est un « non-sujet » de discussion.

Or ça l’a d’autant plus qu’en pays occidentaux, nous contrôlons les naissances donc nous en avons souvent plus que des femmes dans des pays qui ont peu ou pas accès à la contraception. 

Pour ce qui est des pays non occidentaux, les règles sont souvent mal connues et encore plus mal perçues.

 

Points importants:

Comme ce qui relève du corps féminin, à savoir le vagin, la vulve, le clitoris (retiré par l’excision parfois), on ne souhaite pas en parler, c’est « sale ». Une femme intériorise souvent cette sensation de ne pas être propre, et en plus du phénomène physiologique, on se sent rarement bien dans cette période.

La contraception a un effet sur les règles: elle peut faire en sorte que les cycles féminins soient réguliers, les faire disparaître en tout cas en matière de règles quand il s’agit de certaines prises en continue ou de stérilet hormonal. Je ne prendrai pas position pour un mode particulier. 

Les menstruations sont « recueillies » par des protections périodiques: des tampons, la cup, les serviettes hygiéniques… Pareil, je n’en préconiserai aucune en particulier.

 

Par contre, je trouve juste dommage que des protections périodiques et des modes de contraception puissent rendre malades et avoir des composantes pas très « clean ».

Pourquoi en parler?

Même si c’est un domaine dont on parle à l’adolescence (et encore parfois pas vraiment), on est souvent, moi compris en manque d’informations sur le sujet. 

Parce que ce ne doit pas être un élément pour « victimiser » les femmes. Je m’explique: lutter contre les violences faites aux femmes, à la culture du viol etc… n’est pas un objectif pour dire que les individus de sexe féminin sont de petites choses fragiles.

Il faut vraiment arrêter ça. Le féminisme est là pour que les hommes et femmes soient égaux en droits: avec des différences qu’il faut bien sûr prendre en compte mais pas de favoritisme ou de défavoritisme à cause de son sexe biologique.

Les règles sont un rite de passage pour les femmes vers l’âge adulte: elles peuvent féconder. Mais c’est aussi mal vu car cela peut « indisposer » des femmes. Or, il faut savoir que nous gérons ces « périodes » durant environ 30 ans de notre vie donc arrêtons de croire que cela va systématiquement empêcher de travailler, de faire l’amour, de vivre et que si on est de mauvais poil, c’est forcément à cause d’elles. (Mais cela peut parfois se réveler handicapant, tout dépend de la situation).

Selon moi, le combat est vraiment dans l’objectif d’en parler, de continuer à informer toujours plus et à faire des recherches médicales sur le sujet. Que cela devienne un sujet de conversation dont on peut parler tranquillement.

C’est justement parce qu’on est peu informés qu’on ne va pas savoir quoi faire si elles sont trop abondantes ou douloureuses et il est dit qu’il y a 5 ans de retard dans la détection de l’endométriose.

Sans oublier le fait que beaucoup de femmes et jeunes adultes ne vont pas consulter de gynécologue pour leur contraception ou leur suivi gynécologique. Pour moi, l’idéal quand on ne se sent pas d’en voir un ou une, c’est la sage femme.

Conclusion

Parler des menstruations est là pour soigner, faire changer les mentalités sur le sujet. Elles sont « naturelles » et font partie de la vie. 

Un autre objectif: continuer à informer et ne pas se servir des règles comme un moyen de « victimiser « . 

En tant que femme, je ne suis ni une chose fragile ni un être à déifier et mes menstruations sont juste une réaction physiologique normale.

Car oui, ne pas avoir ses règles peut correspondre à 3 choses: la contraception continue, une grossesse ou encore l’aménorhée (absence de menstruations) comme symptome d’une maladie.

 

Cet article est non-exhaustif et sûrement que je ne vous ai pas appris grand-chose mais s’il vous plaît, partagez-le, faites le lire à vos proches .

 

Et vous, qu’en pensez-vous?

 

Sources:

http://cheekmagazine.fr/societe/padman-challenge-natalia-vodianova-serviette-hygienique/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Menstruation

http://www.endofrance.org/definition-de-lendometriose/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Am%C3%A9norrh%C3%A9e

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

24 réflexions sur “Expression libre: les règles

  1. topobiblioteca dit :

    Ton article est très intéressant et c’est évident qu’il faut en parler, certes ce n’est pas une période où l’on se sent vraiment bien dans son corps, mais il ne faut pas nous infantiliser pour autant !

  2. paradisehunter35 dit :

    C’est très bien d’en parler ! Il y a un énorme tabou sur les règles. De toute façon tout ce qui touche au corps de la femme est tabou… même dans nos sociétés occidentales.
    Il est grand temps qu’entre filles / femmes nous en parlions librement pour pouvoir échanger nos expériences, pour mieux comprendre notre corps, pour mieux nous comprendre tout simplement. Ensuite nous en parlerons librement avec n’importe qui.
    Moi je pense que nous devons prendre conscience que ces règles et bien il faut être très forte pour les supporter donc nous sommes loin de l’image inférieure que l’on veut nous assigner !!! Faut pas être une mauviette pour perdre tout ce sang tous les mois.
    Moi perso, j’ai hâte de ne plus en avoir. je trouve ça chiant et inutile. C’est fatiguant, c’est parfois handicapant quand les maux de ventre sont intenses et ça accapare tout l’esprit.
    Moi j’ai souvent l’impression que mon cerveau se déplace tout à coup dans mon ventre comme si plus rien n’existait. Cela demande beaucoup d’énergie à mon corps. Et je trouve que plus je vieillis, plus c’est usant. Vivement la cinquantaine !
    Cependant je trouve aussi que cette partie de notre vie de femme nous rend vraiment plus forte parce que vivre un changement hormonal régulier endurcit vachement. Cela m’a fait relativiser sur beaucoup de choses.

  3. BeautesantedeVal dit :

    Quant tu penses que les serviettes hygiéniques ou les tampons n’étaient pas considérés comme des produits de nécessité il y a plus de 2 ans, c’est vraiment aberrant !

    Les femmes ont droit à la « Taxe Rose » (sur pas mal de cosmétiques, coiffeur, jouets pour filles….) on payait 20 % de TVA sur ces produits ! un collectif s’est battu pour qu’enfin la taxe baisse à 5 %, certaines marques l’ont fait alors que d’autres restent sur leurs positions en se faisant du fric sur nos règles !!! et en plus, ils nous pourrissent notre santé en mettant des composants merdiques !

  4. Bénédicte dit :

    C’est vrai que le syndrome prémenstruel est tout sauf simple à gérer au quotidien. Dès qu’il s’agit d’hormones…
    Je n’apprécie pas cette période du mois, pourtant j’ai la chance qu’elle ne dure que trois jours maxi (ça peut aller jusqu’à pratiquement une semaine). Mais ça reste la nature, alors autant en parler librement. Bises à toi, et bon week-end !

  5. lheuredelire dit :

    Ah les règles !
    Dès que le sujet vient avec l’un de mes collègues (c’est pas tous les jours non plus mais bon ! ) il nous traite comme si on était des pestiférés … pfff !
    Merci pour cet article !
    Bon week-end à toi, bisous !

  6. LadyButterfly dit :

    Je trouve que, pour les ados – je suis maman d’une ado de presque 17 ans – c’est vraiment beaucoup moins tabou d’en parler. Je suis ravie de constater qu’elles puissent demander à une copine devant des mecs: « t’as pas une serviette? » alors que les femmes qui ont 40/50 ans (ma génération, donc) souvent sont gênées (je l’ai encore constaté en formation, au travail). Et je parle même pas de la génération de ma maman (72 ans) ou encore celle de ma grand-mère (elle a 95 ans) qui me disait qu’on ne lui avait rien appris sur les menstruations
    Après, il y a encore du boulot…

  7. Lavieenrouge dit :

    Je crois que c’est au Brézil, où on ne s’embête pas avec les règles puisque les médecins prescrivent la pilule en continu. Selon eux, avoir ses règles ne sert à rien. C’est vrai que c’est pénible, surtout quelques jours avant, je veux dire psychologiquement parlant. Si les hommes souffraient de ça, je pense qu’ils auraient mis en place une loi pour ne pas travailler ces jours-là.

  8. vinushka64 dit :

    J’ai l’impression qu’il y a de moins en moins de gens que ça gêne. J’en parle assez ouvertement dans ma famille. Mon fils (7 ans) a déjà des notions du coup car j’essaie de répondre au mieux à toutes ses questions.^^ Les hommes de ma famille ne le voient pas comme quelque chose d' »impure », c’est naturel et puis voilà. Je sais que certains hommes disent que ça ne les regarde pas, mais autant briser ce tabou. Si jamais j’ai une fille un jour, je sais que mon homme est ouvert, sait que les douleurs liés aux règles sont parfois anormales, les différents types de protections hygiéniques, etc. Bref, je pourrai mourir tranquille. lol Mais c’est vrai que j’avais lu un livre sur le corps humain avec le petit, passionné du sujet, et l’organe masculin et ses fonctions sont mieux décrites… Je ne sais pas si c’est le cas de tous les bouquins.

    • Isa Poitou dit :

      Ton commentaire est très intéressant, c’est important la discussion et la pédagogie. Pour l’instant c’est ainsi mais je pense qu’avec le temps, cela va changer :). Bisous à toi et merci :)!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s