Juin, le mois bien-être (5):La féminité triomphante

Les personnes qui me suivent savent que je suis féministe mais que j’adore être féminine.

Pour certains, ça paraît incompatible mais ce n’est pas le cas.

Quand j’étais adolescente, on me poussait toujours à plus de féminité: porter des bijoux, des talons etc…

Et en fait, je me suis rendue compte que quand je le faisais, je n’étais pas naturelle, à l’aise parce qu’on me disait comment être pour être comme les autres.

En plus, ironie mais tout le monde sait qu’il faut être comme ceci, comme cela pour plaire aux hommes.

J’ai commencé à être féminine de moi-même quand j’ai pris l’orientation pin up. 

Le vintage, l’érotisme, la féminité, tout cela me semblait lié et je m’y retrouvais.

Peu à peu, j’en ai malheureusement saisi les limites: le regard des autres veut que tu n’es pas vraiment libre d’être toi-même.

Et entre ce que je voulais porter et les obligations sociales, je me suis trouvé un look.

Je sais ce qui me va, me va pas, ce que je veux porter etc…

Bien-sûr dans le cadre privé, comme je suis une femme, dans la rue, on va m’aborder de manière agressive et on te culpabilise encore plus si tu es en jupe et en talons car tu l’as cherché paraît-il.

J’appelle cet article la féminité triomphante car pour moi, elle peut être une arme, à double tranchant certes mais une arme.

Et cette arme, je l’utilise comme je le souhaite en ne me posant aucune règle (sauf exceptions bien sûr).

J’en profite aussi pour parler de ma relecture de « Nana » de Zola car elle me semble dans la même veine.

Les cocottes du 19e-20ème siècle avaient par le biais de la sexualité et de la féminité un pouvoir sur les hommes et sur la société.

J’ai aimé voir cette vision des choses dans ce livre mais aussi le fait que pour moi, Nana est une femme qui s’assume elle et ses désirs qu’ils soient sexuels ou autres.

C’est pourquoi je vous en recommande la lecture. La version que j’ai est aux Editions Livre de poche et fait 505 pages.

 

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!

Collab’ avec Melle Sweetness (3): Tag: Mon blog en musique

 

 

Hello, je me présente je m’appelle Muriel j’ai 23 printemps bientôt 24. Mon univers ? Un peu de tout à ma sauce & avec mon grain de folie. Viens le découvrir si tu es curieux. Bisous ♥

N’hésitez pas si vous voulez aller voir son blog.

Le tag a pour principe de prendre les lettres de notre blog pour y trouver des titres musicaux qui nous importent.

L comme Libiamo Ne’ Lieti Calici de Giuseppe Verdi.

Je découvre toujours musicalement, dernièrement dans l’opéra et la musique classique. Voici un morceau d’opéra que j’aime beaucoup.

 

A comme Are you mine d’Arctic Monkeys

L’un de mes groupes rock préférés et une chanson qui m’émeut.

 

C comme Coeur Croisé de Polo & Pan

Eppcoline m’a fait découvrir ce titre et c’est tout à fait mon style.

Un peu de soleil musical!

Lire la suite de « Collab’ avec Melle Sweetness (3): Tag: Mon blog en musique »

Quoi de neuf?

Petit article court pour vous donner un peu des nouvelles:

-Comme vous pouvez le voir, Juliette et moi (son blog est La malle de Juliette) organisons avec une amie un vide-dressing d’été: jupettes et tenues d’été sont au programme. Vous êtes tous les bienvenus! Lien de l’évènement ici.

-Sinon je vous remercie pour les retours de mon enregistrement audio, le lien est ici. Je vais réfléchir pour juillet à une nouvelle façon de procéder et je vous tiendrai évidemment au courant pour la suite.

Lire la suite de « Quoi de neuf? »

Ciné-club de Potzina: L’école/l’enfance au cinéma

Pour ce mois-ci, le blog Bangarang Daily nous propose de parler de l’école et d’enfance au cinéma.

Et j’ai décidé de parler au travers de cet article de quelque chose dont je parle peu et que j’aime: les comédies. Qu’elles soient françaises ou étrangères, j’aime voir des films drôles. Je vous avoue que je suis assez difficile en général mais j’ai réussi à en trouver une qui parle du sujet du ciné-club:

Bad Teacher de Jake Kasdan.

Je vous laisse lire le résumé et ensuite je vous donne mon avis.

Elizabeth Halsey n’est vraiment pas faite pour enseigner. Elle n’a rien à faire des enfants, elle parle mal, elle boit, fume n’importe quoi et ne pense qu’à une chose : se marier pour quitter son job d’enseignante au collège. Lorsque son fiancé la plaque, elle se met en tête d’épouser un jeune prof remplaçant aussi séduisant que riche… Mais Elizabeth a une rivale, la très volontaire Amy, une excellente enseignante. Le prof de gym qui lui fait des avances super lourdes ne simplifie pas les choses non plus. Les plans tordus d’Elizabeth et leurs délirantes conséquences vont secouer ses élèves et ses confrères, mais c’est surtout elle qui n’en sortira pas indemne…

Lire la suite de « Ciné-club de Potzina: L’école/l’enfance au cinéma »

Juin, le mois bien-être (4): La sociabilité

Ce n’est une surprise pour personne, nous vivons tous en société et nous avons des règles juridiques (la loi) et des règles morales (la politesse) à respecter pour permettre de vivre « en paix ».

Au cours du début de ma vie de jeune adulte, j’ai rencontré beaucoup de personnes ayant rejeté toute forme de sociabilité, par déception et par recherche d’amis qui aient les mêmes goûts qu’eux.

C’est difficile pour nous de se comprendre, de se parler, de rencontrer des personnes ayant des valeurs communes.

Je suis quelqu’un de plutôt réservée, je peux déclencher les rencontres, parler parce que j’aime le contact humain mais il peut m’arriver aussi de ne pas me montrer particulièrement bavarde en face de gens inconnus.

Je dirai que nous sommes nombreux à ne pas être à l’aise en société: doit-on faire la conversation? Puis-je faire confiance à cette personne? ….

L’amitié est une valeur importante à mes yeux et il m’est de plus en plus difficile de donner aux autres autant qu’avant, les rencontres avec les bonnes et mauvaises surprises s’enchaînant, les cicatrices se sont formées….

Lire la suite de « Juin, le mois bien-être (4): La sociabilité »

Juin, le mois bien -être (3): L’obsession de la confiance en soi

Nous sommes dans une société où pour éviter les débordements, on nous indique ce qui est bien ou non d’adopter comme comportements.

Il y a une certaine logique dans tout ça sauf qu’on nous conduit à nous détester en tant que personne. Le mot détester est un peu fort mais je vais volontairement dans l’ extrême.

En tant que personne, nous devons être performants: ça signifie aller au-delà de ses limites, être toujours bien dans sa tête, corps etc…

Or, qui ne sait pas senti au moins une fois, nul, moche,etc….

Alors bien-sûr quand c’est une fois de temps en temps, ce n’est pas grave.

On doit tous se ressembler, être dans les standards physiques et psychologiques d’où cette obsession de la confiance en soi.

C’est une bonne chose d’apprendre à s’aimer, de vouloir se prouver à soi-même qu’on peut prendre des risques.

Mais pour moi, autant le bonheur est un apprentissage d’une vie, la question de la confiance en soi, l’est aussi.

Ayant fait des études sociologiques, je sais que le fait de se libérer de tout un tas de contraintes liées à la famille, religion etc.. après les années 1970, nous a fait nous sentir extrêmement seuls: on est maîtres de son destin, de ses choix, ce qui est à la fois positif et négatif. D’où le besoin de se comparer aux autres, on se dit qu’en ressemblant aux standards, on sera aimé et fera parti de la société.

Encore une fois, cela a un certain sens mais pour moi, en gommant toutes nos différences pour rentrer dans un moule, on s’oublie soi et alors s’aimer soi même me paraît impossible.

Laissons nous le temps de nous connaître et de nous aimer, la vie n’est pas un champ de courses.

Nous pouvons aussi en tant que parents, mettre en avant les qualités de ses enfants sans aller jusqu’à l’enfant roi.

Pour résumer, vous avez bien le temps de vous aimer, il suffit de faire un petit travail sur soi, avec psy ou non pour vous accompagner et de faire preuve de patience. Et la société a beau avoir des diktats avec lesquels on doit « jouer », développez votre personnalité, soyez ouverts et le reste, on s’en fout.

Voilà, je vous laisse aimer cet article, le commenter, le partager etc….

Vous pouvez me retrouver sur:

Facebook, Twitter, Pinterest, Betaséries, Tumblr, Instagram.

Ou encore sur:

Le blog de Maedhros 909, ma communauté Facebook, le ciné club de Potzina, la blogosphère lyonnaise.

Bisous à vous et à très vite!

People or not people de Lauren Weisberger

Résumé:

Beth a vingt-six ans, travaille quatre-vingts heures par jour pour un patron odieux, et vit seule avec son chien hypoallergénique, depuis que son petit ami Cameron l’a plaquée pour un mannequin. Mais le jour où Pen, sa meilleure amie, lui annonce ses fiançailles, elle décide de passer un bon coup de Karcher dans sa vie et de commencer par… démissionner. Et, finalement, les journées, vautrée sur son canapé à dévorer des tablettes de chocolat et des romans à l’eau de rose, lui conviennent bien mieux. Jusqu’au jour où Will, son oncle gay, bien décidé à la mettre au travail, lui trouve une place dans une boîte de R.P. Terminées, les soirées pantoufles ou dîners tranquilles, entre copines! Place aux sorties branchées avec les VIP, aux nuits arrosées assorties de réveils difficiles. Surtout quand on apprend ce qu’on a fait la veille, comme Beth, dans les gros titres d’un journal people…

L’exemplaire que j’ai vient des éditions Pocket et fait 512 pages.

Lire la suite de « People or not people de Lauren Weisberger »