Le mois du polar et mon avancée des lectures d’hiver

Après deux articles beauté, je reviens sur le terrain de la culture.

Pour l’occasion du mois du polar et me permettant d’avancer dans mon challenge des lectures d’hiver, j’ai lu les deux premiers tomes du Quatuor de Los Angeles de James Ellroy: « Le dahlia noir » et « Le grand nulle part ».

(Attention spoilers éventuels)

Le dahlia noir de James Ellroy (2 liens d’articles dans lesquels je parle de cette oeuvre *,*)

Le dahlia noir James Ellroy

Mon exemplaire est aux Editions Rivages/Noir et fait 504 pages.

Résumé:

Le 15 janvier 1947, dans un terrain vague de Los Angeles, est découvert le corps nu et mutilé, sectionné en deux au niveau de la taille, d’une jeune fille de vingt-deux ans : Betty Short, surnommée  » Le Dahlia Noir  » par un reporter, à cause de son penchant à se vêtir totalement en noir. Le meurtre est resté l’une des énigmes les plus célèbres des annales du crime en Amérique.

Mon avis:

« Le dahlia noir » constitue une de mes premières lectures d’adulte et était resté dans ma mémoire comme un excellent livre. Ma seconde lecture ne m’a pas contredit.

Le dahlia noir a plusieurs récits: celui de la jeune femme assassinée, à la fois aimée et détestée, voulant réussir à Hollywood après avoir quitté sa petite ville. En second, il y a deux policiers aux parcours à la fois similaires et différents qui finissent par devenir obsédés par cette femme morte, chacun à leur  manière. Et il y a enfin, son assassin (ou devrais-je dire ses) qui a aussi sa propre intrigue.

Sachant tout de même que l’histoire est racontée du point de vue d’un seul policier et ce n’est qu’à la fin du livre, que toutes les pièces du puzzle se reconstituent. Et donc à connaître les intrigues de tous les personnages.

En dehors de l’excellente écriture familière, vulgaire, et de sa capacité à disposer de nombreux rebondissements jusqu’à la fin du roman, l’affaire du dahlia noir évidemment fascine. D’autant que ce fait divers s’est réellement passé et contrairement au roman, on ne connaîtra jamais le meurtrier.

Le roman a été adapté au cinéma. Il me reste à voir le film.
Le roman a été adapté au cinéma. Il me reste à voir le film.

Car il s’agit de parler d’une femme, ce qui va fasciner les hommes et faire s’identifier les femmes, dont l’ambition a été arrêtée par un grand malade. Il y a en plus derrière Hollywood avec ses côtés les plus glorieux mais aussi les plus sombres.

Pour moi, ce quatuor de Los Angeles (du moins les deux premiers tomes) répond au code du roman noir (sous-genre du genre policier): les personnages sont troubles, perturbés, ce qui est le cas aussi avec les policiers chargés de l’enquête. Et la politique est fortement corrompue. Le héros, bien qu’imparfait mais avec un souci de justice, résoût seul l’enquête et s’en va. La violence est aussi importante ainsi que la sexualité.

En conclusion, si vous aimez le roman noir, que l’époque des années 40-50 peut vous intéresser, n’hésitez surtout pas à lire ce livre. Vous aurez à coup sûr de bons moments de lecture. La postface de James Ellroy est assez intéressante également, elle permet de comprendre l’univers de cet auteur. 

Un coup de coeur pour ma part.

dahlia noir american horror story
Un personnage inspiré du dahlia apparaît dans la saison 2 d’American Horror Story.

 

Le grand nulle part de James Ellroy

le grand nulle partMon exemplaire est de l’édition de Payot et Rivages et il a 638 pages.

Résumé:

Le Grand Nulle Part commence la nuit du premier de l’an 1950 et met en scène trois destins parallèles de policiers.
L’inspecteur adjoint Danny Upshaw enquête sur une série de meurtres sexuels avec mutilations.
Le lieutenant de la criminelle, Mal Considine, accepte de servir l’ambition d’un aspirant-procureur en participant à un dossier sur l’influence communiste à Hollywood. Buzz Meeks, homme de main, ex-flic des narcotiques et pourvoyeur de chair fraîche pour Howard Hughes, se joint à la lutte contre « la menace rouge » pour l’argent et le pouvoir.
Sans le savoir, les trois hommes ont acheté un billet pour l’enfer.

Mon avis:

Les mêmes ingrédients que l’ouvrage précédent sont utilisés et certains personnages comme l’assistant du procureur sont présents dans les deux livres.

Ce tome là est surtout centré sur trois personnages masculins: Danny Upshaw, brillant et prometteur qui se laisse complètement envahir par son affaire de meurtres homosexuels, Mal Considine qui fait tout pour avoir la garde de son fils et enfin Buzz Meeks, qui trouve son bonheur dans les bras de la maîtresse de son ex-patron.

Cette fois-ci c’est au final Danny Upshaw qui devient la victime dans cette histoire car son enquête dérange certains et il va se retrouver dans des situations pas possibles.

James Ellroy

Quant à la « chasse aux sorcières » communiste vis à vis des studios, elle est présentée comme « justifiée » par les personnages dans un premier temps puisque les membres d’organisations socialistes ont des choses horribles à se cacher mais au fil de l’histoire, on sent bien que les dirigeants de la police sont aussi coupables d’une autre manière.

Résultat, comme pour l’ouvrage précédent, la résolution de l’enquête puis la fuite vers un monde meilleur.

Ce tome est un peu plus noir encore et plus sérieux car il y a des enjeux plus politiques derrière. On est vraiment dans l’époque des années 50 avec aussi sa part d’intolérance.

La part de « glamour » a été retirée mais le roman fonctionne tout aussi bien que le précédent.

Pour conclure, poursuivre la saga vaut le coup, ce livre ci est aussi fort en efficacité qu’en style. Un roman noir, encore plus noir. 

Pas loin du coup de coeur.

a-sharon-pour-logo-polar21

 

N’oubliez pas de commenter cet article, de l’aimer, le partager, et de me faire partager vos découvertes culturelles et beauté.

Mon dernier article est ici (à voir absolument).

Dernière page, mon profil betaséries, livraddict, facebook,hellocoton, tumblr, tumblr beauté, we heart it, le blog de maedhros 909.

Bisous à vous!

 

Publicités

29 commentaires sur « Le mois du polar et mon avancée des lectures d’hiver »

    1. Je n’ai pas vu le film mais je sais que les critiques sont mitigées. Pour moi un film ne vaudra jamais l’univers d’un livre.
      Merci pour tes coms.
      Bisous!

      1. Je peux comprendre. Après si tu les lis, n’hésites pas à me tenir au courant. Ton avis m’intéresserait aussi :). Bisous et merci de la visite!

  1. Je lirai peut-être d’autres livres de Ellroy, après ma déception concernant « La dahlia noir », car j’adore les polars.
    Ondine

    1. 🙂 Génial, une personne qui les recommande aussi :).
      Alors oui et non, j’ai les cheveux plus longs. La bannière représente Valentina, c’est un personnage de bd sf érotique des années 60 que j’aime beaucoup. Mon compte WordPress avait déjà cette image donc je trouvais ça cohérent de reprendre le personnage.
      Pour moi Valentina représente mon blog dans le sens où j’aime l’érotisme, la sophistication, l’élégance, le rétro et la culture.
      Après je changerai sans doute au fil du temps les bannières.
      Merci en tout cas! Gros bisous!

      1. Eh bien, j’aime beaucoup ce choix de Valentina! J’adore la BD en général et les jolis graphismes et cette Valentina est plutôt jolie!
        Il est vrai qu’on aime bien changer de bannière au fil du temps.
        Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s