Des rêves et des assassins de Malika Mokeddem et autres

Introduction

Mignon!
Mignon!

Un nouvel article littéraire comme promis.

Je voulais tout d’abord faire de la pub pour deux blogs que j’apprécie beaucoup qu’il ne faut pas hésiter à suivre et à commenter:

Maedhros 909, le blog geek et culturel

– Glamour porcelain doll, le blog glamour et pin up

Des rêves et des assassins

Des rêves et des assassins de Malika Mokeddem

Il m’arrive parfois d’acheter des ouvrages chez les bouquinistes ou même d’en récupérer. Je considère ces derniers aussi intéressants que les derniers livres sortis. Cela doit relever de ma passion pour les anciens objets.

Des rêves et des assassins raconte l’histoire de Kenza, une jeune fille ayant vécu 20-30 ans en Algérie, de son indépendance en 1963 aux années 90.

Le livre contient deux parties: la première c’est cette existence en Algérie. Kenza n’a jamais connu sa mère, qui s’est enfuit en France après l’avoir abandonné à son ex-compagnon et père de Kenza, homme qui « saute » tout ce qui est femme. Celui-ci met enceinte sa femme de ménage et l’épouse. Que ce soit au travers de son rapport familial ou bien de la situation politique du pays, Kenza raconte sa situation de femme , puis d’intellectuel au sein d’un état qui se radicalise de plus en plus. Elle se renferme face à un père qu’elle méprise et des frères qui sont plutôt méchants avec elle à l’exception d’un seul qui deviendra peu de temps après un proche, se réfugie dans les études et notamment dans la littérature, devenant professeure de lettres à l’université. Mais malgré son renfermement, elle tombe amoureuse d’un professeur de lettres tout comme elle mais qui épouse une jeune vierge choisi par sa famille. Alors qu’elle est recherchée par la police puis qu’intellectuelle et femme célibataire vivant seule, elle décide d’aller sur les traces de sa mère, en France.

Deuxième partie: Kenza décide d’aller à Montpellier retrouver une amie de sa mère afin qu’elle lui parle d’elle. Elle y va à presque trente ans, et fait la rencontre d’un jeune « black-beur » en skateboard qui va devenir son amie et l’aider. Bien qu’installée en France, elle ne tarde pas à découvrir que les islamistes commencent à avoir de l’influence dans certaines banlieues de la ville. Elle décide enfin d’aller à Paris puis de voyager ensuite, elle qui dans ses rêves, voyait de la neige et du froid.

Lire la suite de « Des rêves et des assassins de Malika Mokeddem et autres »

Publicités

Préambule généraliste puis érotisme

entretien-avec-un-vampire_2234_28007

Préambule généraliste

Merci beaucoup aux nouveaux visiteurs qui sont venus voir ou commenter mes articles. Je commence à être très heureuse de la tournure actuelle que prend mon blog. J’espère avoir la force de pouvoir me remettre dans la lecture afin de pouvoir vous parler plus de littérature au sein de « La chambre rose et noire ».

Je suis fan de ce couple de série!
Je suis fan de ce couple de série!

Petit zapping vintage:  l’émission « Toute une histoire «  de France 2, celle du 22/01, s’intéresse au thème « Je vis dans une autre époque » dans lequel une pin up tatouée explique son look: http://www.france2.fr/emissions/toute-une-histoire. Je n’ai pas encore vu l’émission mais ça ne va pas tarder alors donnez-moi votre avis. Il y a également la candidate Manon à « The voice » dont le look ressemble beaucoup à celui des années 50. Je lui souhaite bonne chance pour la suite !(http://www.tf1.fr/the-voice/news/the-voice-3-il-y-a-du-amy-winehouse-en-manon-8348767.html). Enfin, si vous avez la chance de tomber sur France 4, sur l’épisode 7 de la saison 2 de Doctor Who qui se passe en Grande-Bretagne dans les années 50, je vous le conseille, il est vraiment sympa! Le titre de l’épisode est « L’étrange lucarne » ou « The lantern’s idiot ».

Ma courte présentation de l’érotisme

L’érotisme: l’érotisme fait parti des choses que j’apprécie dans mon quotidien.

Numéro "Lazy"
Numéro « Lazy »

1) Je le connais par le biais du glamour vanté par cette très chère Dita Von Teese au travers des éléments principaux de la lingerie: soutiens-gorges, culottes ou string, corsets, porte-jarretelles, bas… Cette affriolante lingerie permet de sublimer le corps nu afin de susciter encore plus le désir chez l’autre ou bien de se sentir soi-même « sexy ». Bien sûr, qui dit Dita, dit burlesque. A cette panoplie, se rajoute cache-tétons, parfois chapeaux, de sublimes chaussures à talons. Je ne pourrai pas vous donner le mode d’emploi (n’ayant pas encore testé l’activité) mais il s’agit de se déshabiller sensuellement autant que de revisiter des numéros de cabaret. Le burlesque classique date des années 40-50 aux Etats-Unis.

Lire la suite de « Préambule généraliste puis érotisme »

Valentina par Crépax et autres

Crepax-Valentina-Livre-338656096_MLZoom sur ma dernière lecture: le tome 3 de Valentina intitulé « Valentina Pirate » , dont l’auteur est Guido Crepax.

Mise en contexte

Avant d’aller droit au but, je vais vous contextualiser « Valentina  » en plusieurs points:

crepax-valentina-roma-8

– Valentina est un personnage inventé par l’italien Guido Crepax . Ce personnage est inspiré de l’actrice du cinéma muet Louise Brooks, notamment pour sa fameuse coiffure « casque » aux cheveux noirs.

– Valentina est une jeune photographe dont l’existence est peuplée de rêves et de fantasmes notamment sado-masochistes. ( Par conséquent, messieurs-dames de moins de dix-huit ans, vous êtes prévenus du contenu adulte, vous êtes donc libre d’arrêter votre lecture). Car oui Valentina est une série de bande-dessinée érotique, l’héroïne est peu vêtue.

– Mais cette série ne se contente pas uniquement de scènes de nudité, Guido Crepax choisit ( que ce soit dans la nouvelle version du tome 1 et les tome 3 que j’ai lu) d’assimiler son héroïne à un genre littéraire bien particulier : les aventures à la Corto Maltese dans le tome 1 et la science-fiction dans « Valentina pirate ».

– Valentina a été crée dans les années 1965, un peu avant et marquant la période de la libération sexuelle. J’ai eu l’occasion de lire également le tome 2 des aventures de « Barbarella » ( » Les colères du mange-minutes) qui a été publié à peu près à la même période. Le point commun qui se pose entre ces deux héroïnes, est que Barbarella est aussi une héroïne très libérée sexuellement.

– Valentina rencontre un homme appelé Philippe mais qui possède un pouvoir magique qui est d’immobiliser les gens à l’aide de ses yeux. Ils tombent amoureux et ont un enfant appelé Mattéo.

Lire la suite de « Valentina par Crépax et autres »

Trop de choses à dire

Le ballet Blanche-neige d' Angelin Preljocaj
Le ballet Blanche-neige d’ Angelin Preljocaj

Faisons le point.

Liste de ces choses à dire:

1) Un grand merci pour vos commentaires à l’article précédent. Je vais voir où mon imagination me conduit, si cela restera des petits portraits mi fiction/mi-réalité ou si cela sera sous une autre forme.

2) Beaucoup de projets pour de futurs articles: une présentation du cinéma muet, la représentation culturelle de l’érotisme, mon rapport avec les séries télévisées… Ce sera sûrement des articles spéciaux ou alors introduits dans des articles de bilans culturels. J’ai hâte de pouvoir vous en parler.

le loup de wall street

3) Au niveau cinéma, j’ai vu « Le loup de Wall Street » de Martin Scorsese que j’ai trouvé extrêmement bien fait, et le portrait dressé sur le milieu boursier et le monde du travail me semble assez juste, évidemment Léonardo Dicaprio est formidable et j’ai eu la bonne surprise de retrouver une actrice de Pan Am. Pour autant, ce film m’a laissé un arrière goût dans la bouche et je l’ai trouvé trop long. J’ai ensuite visionné « L’imaginarium du Docteur Parnassus » de Terry Gilliam que j’attendais de voir depuis longtemps. Reprenant un peu l’idée du baron de Mundchausen, le film m’a paru cependant un peu trop compliqué à comprendre, l’univers me paraît un peu embrouillé et je n’ai pas perçu la seconde lecture qu’il pourrait y avoir ( que le vieil homme a tout inventé et que ce serait ses délires). Malgré tout, cela reste un très bon film avec un univers visuel à la Terry Gilliam (un peu trop d’images de synthèse cela dit). Enfin, je me suis rendu pour voir « Nymphomaniac Volume 1 » de Lars Von Trier. J’ai été impressionné par la virtuosité du film ( qui est en fait moins trash qu’on le croit avec la censure), par l’écriture des dialogues et du scénario. J’ai vraiment adoré et j’espère que la seconde partie restera à la hauteur.

Lire la suite de « Trop de choses à dire »

Maléfique

Dark Shadows

Connaissez-vous le mythe de la femme maléfique?

Il s’agit d’une femme dont la longue jupe est marron foncé, fendue sur le côté, qui descend d’une limousine pour aller travailler.

Affublée de cheveux bruns dont la longueur est montrée par de longues mèches tombant lassivement sur le côté, elle avance lentement sur ses hauts talons, contente à l’avance de la journée qu’elle va passer.

C’est une femme de pouvoir , ayant obtenu un haut poste par le charme, la ruse, la promotion canapé , voire les trois en même temps. Elle connaît les bonnes personnes et sait les manipuler à sa guise pour que l’entreprise avance dans le sens qu’elle a décidé, prenant soin au passage d’éliminer ou régler le compte aux quelques personnes qui essaient de diminuer son contrôle.

Elle ne travaille pas, elle élabore des stratégies sans cesse et lit les dossiers en diagonale afin de se consacrer aux nouveaux moyens de faire perdre la tête à ses dirigeants.

Son intelligence est instinctive et sa charisme palpable, on peut l’effleurer mais ne pas le toucher.

Sa puissance réside dans le fait que par ses beaux yeux, elle est capable de se sortir de toutes les situations.

On la déteste mais on aime la détester. On se plaint de ses défauts mais on rêve de lui en piquer ne ce serait-ce qu’un seul.

Y a-t-il en chaque femme ce stéréotype? Est-on maléfique ou femme fatale par nature? Est-ce notre côté obscur?

Je teste un nouveau concept, des petits textes imaginatifs, de mon cru, qu’en pensez-vous?Un article beaucoup plus long et culturel vous attend prochainement.

Lire la suite de « Maléfique »

Coups de coeurs et projets

Cet article se divise en deux parties: mes coups de coeur de l’année 2013 et mes projets pour cette année 2014.

Un peu de passion
Un peu de passion!

Mes coups de coeur 2013

Films

1) Comment voler un million de dollars de William Wyler (Véritable coup de coeur)

2) Les sorcières d’Eastwick de Georges Miller (Bonne surprise)

3) Le vent de la plaine de John Huston ( Pas loin du 20/20)

4) Le cauchemar de Dracula de Terence Fisher ( A revoir car je l’ai un peu oublié)

5) La dame de pique de Yakov Protazanov (Ma découverte des films russes muets)

6) Rhum Express de Bruce Robinson (Sujet de controverse peut-être)

7 et 8) Django unchained de Quentin Tarantino et Le port de l’angoisse d’Howard Hawks (Des films que j’ai bien aimé mais sans plus)

9) Purple Rain d’Alberto Magneli ( Pas un chef d’oeuvre mais un bon divertissement)

10) Hitchcock de Sacha Gervasi ( Autre sujet de controverse)

11) Mon petit poussin chéri d’Edward F. Cline ( A revoir également)

12) Au bout du conte d’Agnès Jaoui ( Un bon film français)

13) La petite boutique des horreurs de Roger Corman (Un classique intéressant)

motorpsycho

14) Les enragés de la moto de Russ Meyer (Le film avant Faster Pussycat, Kill! Kill!)

Lire la suite de « Coups de coeurs et projets »

Le 1 er article de 2014

Une prochaine série à suivre?
Une prochaine série à suivre?

Une nouvelle année commence, avec toutes les attentes et espoirs qu’elle peut susciter. Je vous souhaite donc à tous une bonne année 2014, pleine de bonnes choses.

Cet article reflète une grande fatigue, sans doute plus émotionnelle et morale que physique. Je vais donc ne pas trop m’étendre en matière d’écriture, en espérant pouvoir m’amuser avec prochainement.

J’avais dit, dans un article précédent, que je retrouvais plus de créativité dans les genres musicaux rnb et hip-hop.

Sans doute, parce que j’ai beaucoup d’anciens et nouveaux titres d’artistes rock, hard-rock et métal combiné au psycho et rockabilly, mes titres du moment se retrouvent plutôt dans ces styles là .

Alors voici une énième playlist composé d’une sélection d’artistes que j’adore ou j’aime:

Scorpions- 321

Mad Sin- Am I human?

Lire la suite de « Le 1 er article de 2014 »